www.frioul.net, Marseille vue du large

.. . ..

L'ENQUETE DE L'HEBDO SUR LES ILES DU FRIOUL

 

Marseille  Provence, le point météo

 

S'abonner

JOURNAUX DU MONDE EN LIGNE

 

liberz la cigale qui est en vous

 

 

 

S'y rendre - LES PAGES BLEUES FRIOUL - RESTAURANTS - Meteo - Nautisme - Plongée - Photos - Petites Annonces - BIBLIOGRAPHIE - ASSOCIATIONS - Musique - Journaux - Préparer son voyage

 

.

 

FRIOUL

 
     

 

HEBDO MARSEILLE FRIOUL

NUMERO 99 - DU 8 au 21 AOUT 2002

QUE VEUT ON FAIRE DU FRIOUL ?

 
 
     

LA SOLUTION VERTE

En 30 ans, on aura tout projeté sur le frioul. Aujourd'hui, avec 600 000 visisteurs annuels, l'archipel a besoin d'autre chose que du vent.

"Aujourd'hui, au Frioul, on a arreté de rêver, il y a des gens qui travaillent..." Un vent nouveau soufflerait il sur l'archipel pour qu'un îlien fasse enfin preuve, 26 ans près le projet Defferre, d'un brin d'optimisme ? Jean Pierre Dirig, frioulais à temps plein depuis 1992, et président de l'association des plaisanciers du Frioul (APF), rappelle pour le bémol, les années - pas si lointaines - "ou il ne se passait rien: pas un arbre taillé, pas d'arrosage..." Car au Frioul, d'expérience, rien cest déjà beaucoup...

occuppé à se baigner ou à se balader sur les 200 hectares de Pomègues et Ratonneau, le visiteur (jusqu'à 600 000 personnes par an) n'est pas forcément frappé par la révoution de Pantoufles dont il est ici question. Avec les projets mirifiques qui se sont succedé en trente années sur l'île, le Marseillais s'attend, au minimum, à des changements visibles.

Rapide tour d'horizon. En 1970, quand Gaston Deferrer achète le Frioul à la Marine nationale, il a l'ambition d'y ériger, ex nihilo, le 112eme quartier de Marseille, avec ses 2300 logements, ses 1500 anneaux de port et tous les équipements qui vont avec (écoles, services publics...) au final, moins de 400 appartements seront construits à partirde 1976 et le projet sera tronqué. Enterrées aussi les idées farfelues d'un Club Med dans l'Hopital Caroline, d'un palais des congrès, d'un centre de thalassothérapie, d'un Disney world sous marin....En 1988, Jean Roatta, le toujours maire darrondissement des 1er et 7eme, vantaient déjà les mérites de l'île et son potentiel en y projetant un hôtel 3 etoiles, une école d'ULM et un toboggan sur la mer. Sans compter un héliport pour mettre l'île "à deux ou trois heures de n'importe quelle capitale d'Europe", comme s'enthousiasmait le Méridional d'alors. Autant de projets morts dans l'oeuf et autant de décus du Frioul. "Ceux qui avaient joué la carte de la résidence principale sont tous partis", estime Pierre Pigeat, chef de la station pilotage du Frioul depuis 21 ans. "Pour vivre ici, il faut être rat, pilote ou gabian !", poursuit son collègue, en plaisantant. Ils sont environ 160 à avoir pourtant choisi cette vie, marginale par essence. "Ca ne s'explique pas résume Jean Pierre Dirig. C'est juste formidable: aucune métropole au monde ne dipose comme Marseille d'une île qui ne soit pas un paradis pour miliardaires !". tous parlent de cette traversée qui est déjà un voyage, de ce village sans voiture (à quelques dérogations près) où les enfants jouent tard dans la rue. Des couchers de soleil sur la ville... Bref de la carte postale. Commentaire d'Emmanuel Briquet, un des responsables de la ferme aquacole : "A la limite,quand vous racontez ce que vous faites et où vous êtes, les gens pensent que vous vivez un rêve permanent....Un rêve difficile à vivre." Car les inconvénients qui ont découragé les premiers frioulais ne sont toujours pas résolus. Et le nouveau Comité d'intérêt de quartier (CIQ) fraichement élu, ne se gêne pas pour les pointer. En tête, le transport île-continent, et ses horaires et coûts peu compatibles avev une vie normale. Des Services publics quasi absents (pas de police ni de médecins) ou chaotique (le courrier, trié par Colbert est amené bénévolement par la pilotine, a parfois jusqu'à une semaine de retard...) "Le cout annuel de l'insularité equivaut pour une société à un demi salaire", affirme encore Emmanuel Briquet "mais c'est la rêgle du jeu: on savait à quoi s'attendre en arrivant ici" .

Du beurre dans les épinards . S'ils ont cessé d'espérer après deux décennies de sinistrose, les Frioulais constatent à présent que des minuscules choses bougent enfin. Sur la terre ferme, dans son petit bureau du Panier, france Gamerre, l'adjointe au projet Frioul s'enthousiasme en empilant les dossiers. "Regardez comme j'ai bien travaillé l'an dernier!". Depuis 2001, l'archipel ferait en effet partie des priorités de Jean-Claude Gaudin. Et en avant garde du fameux "grand projet", une série de petites améliorations a déjà fait du bien à l'île. Au rang desréalisations: une rampeen inox sur la digue du Berry, des barriérages en bois le long du rivage, des sanitaires pour les visiteurs (encore insuffisants mais propres), un poste de secours, une réfection en cours des tarrains de sport, le raccordement au tout à l'égout de la plage Saint Estève depuis deux saisons, et enfin une grande opération d'enlévement des carcasses ("On a mêmetrouvé un chasse neige!"s'exclame l'adjointe). L'évolution est plutot posisitve, juge Odette Summa, directrice du Centre Léo lagrange qui accueille plusieurs milliers de personnes chaque année. "Les choses redémarrent, et on ressent de la bonne volonté, autant du côté municipal que chez les habitants."

Les îliens concernés. Des haitants solidaires, qui n'attendent une improbable manne municipale, mais semblent décidés à agir, à l'image du président de L'association Frioul, Un Nouveau Regard. "Nous venons de planter 240 pieds de lavande, que la ville achetés pour l'oddyssey de la Cannebière et qu'elle nous a rétrocedé", note le président gérard Prolhac. Un éxemple parmi d'autres des activités de cette structure vieille de deux ans et forte de plus de 200 adhérents: "Nous ne sommes pas des aigris du Frioul, des critiques. notre principe, c'est de faire, d'être dynamique". S'ils mettent la main à a pâte, les îliens savent aussi interpeller les politiques en les "convoquant"notamment à des cellules de reflexion, très courrues par les élus. Mi juillet, l'nesemble des associations s'est même fendu d'une lettre commune au maire pour attirer son attention sur la fréquentation es îles en été et le développement des événements culturels "sans qu'aucun service public, conséquent ne soit missionné" pour la protection des biens et des personnes entre 18h30 et 14h30 le lendemain." Sur toutes les questions qui touchent à l'avenir de l'île, ils déplorent en choeur d'être peu consultés. Le 21 Septembre, le CIQ a d'ailleurs pris l'initiative de conveir tous les acteurs du dossier autour d'une table. "Je souhaite à la rentrée qu'on réfléchisse tous ensembleà ce qui est réalisable et ce qui ne l'est pas sur l'île", tranche Georges Bourdarel, président du CIQ. Histoire d'enfoncer le clou dans le nouveau réalisme ambiant.

VALERIE SIMONET ET GILLES ROF

HEBDO MARSEILLE- HEBDO MARSEILLE - HEBDO MARSEILLE

 

www.frioul.net : Le point sur

 

dévouvrez le projet Natura 2000.

LE PROJET FRIOUL

 

HEBDO MARSEILLE

NUMERO 99 - DU 8 au 21 AOUT 2002

QUE VEUT ON FAIRE DU FRIOUL ?

-

CAP SUR L'ECOTOURISME

 

   

Powered by mars design 2004.www.mars-design.org

 

 

 

- Sources - 100% made in Frioul - 2002/2005 -